Reliquaire de sainte Bernadette

Accueillir les reliques de Sainte Bernadette à Liège et Banneux

15-19 avril 2020

La première réaction de certaines personnes pourrait être l’étonnement devant cette initiative. Pourquoi recevoir à Liège les reliques de sainte Bernadette Soubirous ? Quel sens cela peut-il avoir ?

Il faut sans doute d’abord noter le grand attachement des Liégeois à la figure de Marie. Les sanctuaires de Lourdes et de Banneux tiennent en effet une place importante dans le cœur des habitants de la province. Le pèlerinage annuel à Lourdes est une tradition ancienne qui date des années 1870, très vite après les apparitions de 1858. Le message de Banneux de son côté ne cesse d’interpeler nos contemporains. Par ces mots, « Je suis la Vierge des pauvres », Marie se présente à Mariette Beco. De nombreux triduums de malades sont organisés par la suite à Banneux. On ne manquera pas de souligner le zèle des Liégeois pour fêter Marie le 15 août à Liège, Huy, Verviers, Banneux…

La figure de Bernadette Soubirous, quant à elle, continue de toucher les cœurs par sa simplicité, sa jeunesse, sa prière, son désir de servir et ses origines sociales. Bernadette parle plus que jamais aux personnes de notre temps. Elle est l’une des nôtres, comme une grande sœur dans la foi par tout ce qu’elle apporte et ce dont elle témoigne. Elle a été la risée des proches de son époque, mais elle est demeurée ferme dans ses convictions sans vouloir les imposer toutefois. Elle est un peu comme une messagère qui s’acquitte de sa vocation de porte-parole avec courage et simplicité.

Ce n’est pas un hasard si les pèlerins de toutes les générations, valides ou malades, reviennent toujours de Lourdes enthousiastes et apaisés. Le message de Lourdes reste d’une grande actualité pour beaucoup. Les pèlerins apprécient de se poser dans la cité mariale pour prier, échanger, vivre un moment de fraternité assez particulier et inoubliable.

Dans sa récente exhortation apostolique sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel, Gaudete et exsultate, le Pape François rappelle que le Seigneur invite chacun à être saint, car il n’attend pas de nous que nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée et sans consistance. A l’heure où de grands défis se posent à notre société en matières climatique, d’accueil des migrants, de questions sociales et de la montée de l’exclusion et de la pauvreté, Bernadette tire vers le haut ceux qui veulent donner un sens à leur vie en développant une vie relationnellement riche, une vie spirituellement intense et un rapport au monde fécond.

Les reliques sont comme une présence significative de Dieu qui nous interpelle et nous fait réfléchir sur ce que nous vivons et espérons. Certes, il ne s’agit pas de réduire Bernadette aux reliques, mais d’y voir un signe particulier qui nous est donné aujourd’hui. Historiquement, le culte des reliques a commencé avec le témoignage des martyrs des premiers chrétiens. Il s’agissait d’un acte de résistance contre ceux qui cherchaient à faire disparaître les traces des martyrs pour éviter toute dévotion qui pourrait galvaniser le courage des chrétiens.

Aujourd’hui, le culte des reliques n’a rien à voir avec du fétichisme ou de l’idolâtrie. Il s’agit plutôt de s’associer dans une prière commune pour se mettre en résonnance avec quelqu’un qui a témoigné d’un attachement réel à l’Evangile, d’une intimité profonde avec Dieu et d’un sens profond de la fraternité par son ouverture aux autres. C’est une manière de reconnaitre dans les Saints ainsi vénérés l’action de Dieu à travers une histoire humaine. De cette rencontre,  l’Evangile continue à nous parler comme une force vive qui agit dans les cœurs.

Sainte Bernadette n’échappe pas à cette dévotion particulière que nous voulons lui rendre au Pays de Liège tout particulièrement à la collégiale Saint-Denis et au sanctuaire marial de Banneux.

Baudouin Charpentier,

Vicaire épiscopal.

Lorsque les sanctuaires de Lourdes ont annoncé qu’une nouvelle châsse, contenant les reliques de sainte Bernadette Soubirous, serait mise à la disposition des diocèses d’Europe,  la demande fut énorme.

Rien qu’en Espagne, les reliques sont allées dans 44 diocèses en 2019. En avril 2020, le diocèse de Liège accueille ces reliques. L’accueil est organisé par l’Evêque, Monseigneur Jean-Pierre Delville, par le vicaire épiscopal, Baudouin Charpentier, par le doyen de Liège, Jean-Pierre Pire, par l’Hospitalité de Liège à Lourdes, son directeur Baudouin Charpentier et son Président Dominique Watelet ainsi que des hospitaliers. Les organisateurs de l’évènement sont Roland Destoop, diacre (0478 33 63 05) et Jean-Charles Gottschalk (0475 89 66 02).