Merci, chère Bernadette !

Ce jeudi 7 décembre, 45 hospis se sont retrouvés (certains par la pensée) au restaurant l’Eau Vive, à Banneux, pour dire MERCI à Bernadette Charlier.

Un temps fort pour tous, chargé d’émotion, de gratitude, de soutien et de joie, comme la grande majorité des moments partagés par cette grande famille des hospis !

22 août : Célébration des engagements

Comme chaque année, certains hospitaliers choisissent
de demander à être accueillis dans
l’Hospitalité belge de Notre-Dame de Lourdes
ou de confirmer leur engagement.
D’autres, enfin, sont remerciés et félicités
pour 18 ans de service auprès des malades

Vous trouverez ci-dessous le déroulement de la célébration, préparé par l’équipe d’aumônerie de notre hospitalité (Gaby Pinckers et l’abbé André Vervier), que nous remercions chaleureusement pour le formidable travail accompli pour animer tant de temps de méditation, rencontre, échange, prière, etc.

Introduction : (Bernadette Charlier et/ou Benoît Georges)

Bienvenue Monseigneur, bienvenue à vous tous, chers pèlerins…

Nous sommes réunis ici, en ce jour, pour prendre conscience de petites merveilles dans nos vies…

Dans l’Évangile de la Visitation de Marie à sa cousine Élisabeth, l’attitude de l’une et de l’autre pourra nous servir de fil conducteur dans cette célébration. La visite de Marie n’est pas une visite protocolaire, ni la visite amicale d’une parente, Marie est venue chez sa cousine afin de se mettre à son service.

Aujourd’hui, c’est également le service de certains d’entre nous que nous voulons relever… Ceux-ci peuvent se réjouir d’être animés d’une certaine disposition au service, d’une certaine attention à l’égard de ceux qui sont dans le besoin, et concrètement de nos frères et sœurs malades.

De la rencontre entre Marie et Élisabeth naît une joie intense… Le service des uns pour les autres est source d’une joie profonde. Nous avons tous certainement éprouvé cette joie intérieure qui naît en nous après avoir donné quelque chose de nous-mêmes pour un autre.

La joie unissant jeunes et moins jeunes, valides et moins valides, est perceptible partout. Les uns et les autres cheminent ensemble, joyeusement, dans une même démarche qui apporte sérénité et bien-être…, sous le regard bienveillant du Seigneur avec Marie et Bernadette.

Lire la suite

19 août : célébration des engagements – Accueil

Plusieurs hospitaliers/ères et brancardiers/ères ont souhaité, cette année encore, entrer ou être confirmés dans l’Hospitalité belge de Notre-Dame de Lourdes

Notre évêque, Mgr Jean-Pierre Delville, était présent pour cette célébration qui avait lieu à l’Accueil Notre-Dame, et était musicalement animée par Jesus’ Trip.

C’est Bernadette Charlier, responsable des Hospitaliers, qui a expliqué le sens de cette célébration et de l’engagement.

2016-08-19-pele-lourdes-aen-62Bienvenue Monseigneur,

bienvenue à vous tous, chers pèlerins !

Nous sommes réunis ici, en ce jour, pour prendre conscience de la miséricorde de Dieu à l’égard de chacun de nous.

Les uns peuvent se réjouir d’être animés d’une certaine disposition au service, d’une certaine attention à l’égard de ceux qui sont dans le besoin, et concrètement de nos frères et sœurs malades. D’autres peuvent se réjouir d’être entourés et de pouvoir vivre leur pélé dans la sérénité.

Parfois, ce service peut être fatigant, difficile, … Parfois, être dépendant, avoir besoin des autres, peut être insécurisant, lourd… L’expérience nous l’a montré de multiples fois, les amitiés qui se créent ainsi font des miracles !

La miséricorde de Dieu, n’est-elle pas cette sensibilité du Seigneur à l’égard de nos manques, de nos difficultés ?

Nous croyons, en effet, que le Seigneur ne manquera pas de transformer nos efforts humains en quelque chose de divin. Nous pouvons nous aussi être des mains, des bras, des cœurs qui aident Dieu à accomplir ses prodiges, souvent cachés. Nous aussi, bien-portants ou malades, nous pouvons offrir nos fatigues et nos souffrances comme cette eau qui remplit les jarres aux noces de Cana et a été transformée en un vin excellent.

Ce vin excellent prend le goût de la joie des retrouvailles, de la joie de la fraternité, de la joie d’un bien-être simple. Cette joie se renouvelle en permanence, elle est perceptible partout. Jeunes et moins jeunes, valides et moins valides, cheminent ensemble, joyeusement, dans une même démarche qui apporte sérénité et bien-être, sous le regard bienveillant de notre Seigneur avec Marie et Bernadette.

Les jeunes apportent leur sourire et leur spontanéité, les aînés apportent leur expérience et leur sagesse, les hospitaliers et brancardiers apportent leur disponibilité, leur serviabilité.

Ce que chacun est, ce que chacun apporte contribue à la fraternité qui règne au sein de notre pélé et contribue aussi à l’intensité de ce que l’on peut vivre dans ce lieu que certains visitent depuis de nombreuses années.

Si nous sommes réunis aujourd’hui, c’est aussi parce que nous voulons mettre en évidence la complicité qui se vit entre les moins valides et leurs aidants, et ce, en reconnaissant les services rendus par des hospitalières et hospitaliers depuis un certain nombre d’années. Que ce soit par la générosité de leur cœur, que ce soit par amitié à l’égard des moins valides, que ce soit pour vivre leur foi dans le concret de la vie, ils vivent une semaine de leurs vacances au service des moins valides, en complicité avec les personnes malades ou âgées.

Cette célébration veut faire mémoire de l’amour avec lequel le Seigneur a réchauffé le cœur des uns et des autres, non pas par nostalgie, mais pour persévérer dans la joie, et ainsi, nous pouvons rendre grâces et remercier chacun pour sa présence bienveillante !

A suivi une prière de frère Roger (Taizé), lue par notre évêque

2016-08-19-pele-lourdes-aen-88

Dieu qui nous aime, par l’Évangile, nous comprenons que personne n’est exclu de ton Amour et que ton Esprit-Saint ne nous laisse jamais seuls. Il nous donne d’être en communion avec Toi. Alors, humblement, nous Te disons : Toi, le Christ, Tu vois qui je suis, j’ai besoin de ne rien Te cacher de mon cœur, Tu m’accueilles avec mes peines et mes inquiétudes, Tu comprends tout de moi. Jésus, fils de Marie, à chacun Tu offres un message de joie et d’espérance. Si démunis soyons-nous, donne-nous de mettre la Paix là où il y a des oppositions et de rendre perceptible par notre vie un reflet de la compassion de Dieu. Oui, donne-nous d’aimer et de le dire par notre vie. Amen.

Puis la lecture de l’évangile selon saint Jean : Les Noces de Cana, par l’abbé André Vervier

2016-08-19-pele-lourdes-aen-99

Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : Ils n’ont pas de vin. Jésus lui répond : Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. Sa mère dit à ceux qui servaient : Tout ce qu’il vous dira, faites-le. Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres).

Jésus dit à ceux qui servaient : Remplissez d’eau les jarres. Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant.

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Après l’homélie de notre évêque, a lieu la célébration des engagements dans l’Hospitalité belge.

Introduction (Bernadette) : Nous allons remettre à certains hospitaliers et hospitalières un signe en rapport avec la fidélité de leur service aux malades, ici, à Lourdes. Les signes sont là pour nous aider à découvrir le sens caché d’une réalité invisible. Ils nous rappellent le sens du message de Marie à Bernadette.

Bernadette,
À Lourdes, tu as vécu les joies et les épreuves familiales. Tu as vu Marie 18 fois dans le rocher. Tu as témoigné avec détermination de ce que tu as vu et cru, toi, l’humble servante que Marie avait regardée comme une personne. Tu as répondu à l’appel du Seigneur, désireuse, comme Lui, de donner ta vie pour ses amis. Aujourd’hui encore, tu nous enseignes l’amour et le service quand tu nous dis : Il suffit d’aimer.

Monseigneur, puis-je vous demander de remettre aux hospitaliers que nous allons appeler le signe de leur engagement ?

Bernadette : Que s’avancent celles et ceux qui vont être accueillis et s’engager pour servir les pèlerins et les malades…

Monseigneur : Animés par le désir de servir et de rencontrer les malades, vous êtes venus plusieurs fois avec notre pèlerinage à Lourdes. Nous sommes heureux de vous accueillir dans l’Hospitalité belge de Notre-Dame de Lourdes, afin que vous continuiez à servir dans la joie.

Monseigneur : Voulez-vous être accueilli(e) dans l’Hospitalité belge à Notre-Dame de Lourdes et continuer à être au service des malades ?

Réponse : Oui !

Monseigneur : Confiant dans la sincérité et la vérité de votre OUI, au nom de l’Hospitalité belge de Notre-Dame de Lourdes, je vous remets cet insigne, symbole de votre attachement aux malades. Qu’il vous soit un rappel de la joie que vous donnez à vos frères et sœurs malades, qu’il vous rappelle également tout ce que vous recevez des personnes malades et handicapées, ici à Lourdes auprès de Marie et de Bernadette.

Félicitations à
Raymond, Edith, Patrick, Josée, Suzanne, Geoffroy, Patrick, Jean-Marie, Régine, Jacques, Françoise, Marie-Jeanne, Henriette, Colette et Patrick
pour leur engagement à servir le Christ et Marie
dans les plus petits de nos frères et sœurs !