Aster ? Jean-Philippe ? Tabga ?

2017-01-24-itv-aster-rcfliege

Jacques Galloy, de RCF Liège,
a récemment interrogé un autre participant
au pélé à Lourdes,
dans son émission God’s talents

 

Cliquez sur l’image pour écouter l’émission qui vous permet de (mieux) faire connaissance avec un membre du groupe Tabga, Jean-Philippe Legrand, et de réaliser que, en dehors de notre pélé, il est plus connu sous son pseudonyme Aster

Bonne écoute !

Pour découvrir quelques dessins d’Aster, parcourez ses deux sites internet :

http://dessindepresse.com et http://www.cartoonevent.com

Merci à RCF Liège pour cette interview !

Jeudi 20 : excursion à Saint-Savin

Saint-Savin

Pèlerinage à Saint-Savin :
saint Savin de Bigorre, un missionnaire
comme « nos » saints Servais, Remacle, Lambert et Hubert :
une source d’inspiration pour la mission aujourd’hui !

 

Nouveau retour en arrière : voici le texte de l’intervention de l’abbé Fabrice de Saint Moulin, lors de l’excursion à Saint-Savin, le 20 août 2015.

INTRODUCTION

Quand on vient à Saint-Savin, on peut être d’abord touché par le lieu, son église, son cloître. Il faut ensuite se demander qui a donné le nom à ce lieu, qui était ce fameux saint Savin. Dans la même foulée, puisque nous visitons ce lieu dans le cadre d’un pèlerinage dont le thème est la joie de la mission, il nous faut voir, s’il a été un évangélisateur comme le dit la tradition ? Si oui, comment a-t-il vécu sa mission ?

Mais, allez-vous me dire, à part que l’endroit est beau, que l’église et le cloître méritent le détour, saint Savin nous est éloigné par l’histoire et le lieu. Nous ne sommes pas concernés directement. C’est pour cela que je vais essayer de faire le lien entre saint Savin et les saints évangélisateurs de nos régions que sont saint Servais, saint Lambert, saint Hubert, saint Remacle.

LA VIE ET LA MISSION DE SAINT SAVIN

La vie de saint Savin prête à discussion en ce qui concerne bien des points à commencer par le siècle de sa vie. Pour certains, il est né à la fin du IVe siècle (375 ?) et est mort en 415/416 à une quarantaine d’années tout au plus. Il aurait alors été un quasi contemporain de saint Servais. Pour d’autres c’est un saint carolingien des VIIIe/IXe siècles et alors il aurait été contemporain de saint Hubert. Il est donc difficile d’affirmer des certitudes. Je m’appuie sur les affirmations de Jean Béziat.

Originaire de Barcelone, Savin aurait reçu une brillante éducation. Il aurait perdu son père en bas-âge. Adulte, il suit une instruction spirituelle auprès de Septime Sévère. Il l’accompagne dans ses fréquentes visites aux fondations monastiques du grand saint Martin : Ligugé et Marmoutier. Savin rend aussi visite à saint Paulin de Nole à Rome. Savin rejoint saint Martin à Ligugé (Locoteiaco). C’est là que Savin éprouve l’envie de se retirer dans la solitude d’un désert. Il reste trois ans à Ligugé, en observant la discipline de saint Martin.

Savin avait entendu parler d’un monastère en Bigorre, dans les montagnes. Orientius, un moine proche de Sulpice Sévère, était en train de s’établir sur un escarpement en face de ce « monastère ». Savin ayant manifesté son désir en conseil monastique à Ligugé, il lui fut attribué un compagnon pour la route. Il trouva dans la vallée du Lavedan l’abba Phronime à la tête d’un petit nombre de moines. Exposant à Phronime son désir, celui-ci accepta de l’accompagner vers un lieu plus reculé. Ils trouvèrent dans la montagne le lieu recherché : pauvre en ressources et difficile d’accès. Il coulait peu d’eau. Ils passèrent un an à établir un gîte. Phronime retourna vers ses frères. L’ermite était dans un habitacle assez petit. Il demeura treize ans là-bas. Il gardait la réclusion. Il couchait dans une excavation, une anfractuosité naturelle. La survie tenait à un fil.

Saint Orens (Orientius), arrivé en même temps que Savin en Lavedan, luttait contre le paganisme vascon. Il fut appelé à devenir évêque d’Auch. Il laissa à Savin la mission qui était la sienne. Savin serait devenu thaumaturge. Il aurait sauvé un nouveau-né.

Il aurait eu des pouvoirs sur les forces du mal, spécialement de l’idolâtrie. Il aurait fait des exorcismes.

Il s’attacha à la Vérité. Il lutta contre le paganisme des Vascons qui personnifiaient et divinisaient les montagnes et qui avaient érigé sur les flancs du mont Nerbiou un fanum (temple) idolâtre. C’est à ce poste qu’Orientius (acharné contre l’arianisme), avait nommé Savin.

À la fin de sa vie, Savin souffrit d’infirmité. Un diacre lui fut envoyé par Phronime. Il mourut le 9 octobre 415 ou 416.

À sa mort, un aveugle serait venu saluer son brancard et aurait été guéri. Lire la suite

Concerts de « Noël en ville », à Eupen

Weihnachten in der Stadt 2015_

Le but de cette organisation est que plusieurs chorales présentent une partie de leur répertoire pour donner un parfum festif sur le chemin vers Noël.

L’entrée aux concerts est gratuite, mais une collecte a lieu, destinée aux plus démunis de la commune d’Eupen.

C’est l’organisation Vinzenzverein (Saint-Vincent de Paul) qui discerne et partage avec beaucoup de discrétion le produit de cette collecte.

Le dimanche 13 décembre, c’est à la chorale de Guido et Irma (Guido est le photographe du groupe germanophone de notre pèlerinage !) de se présenter à la fin de la soirée !

Bonnes soirées ! Viel Spass!