Conférence : « La pauvreté n’est pas un don de Dieu ».

Par Caroline Werbrouck et l’abbé Xavier Lambrecht.

 

Les prédicateurs ont fait entrer les participants dans l’esprit des béatitudes de Saint Luc

« La pauvreté n’est pas un don de Dieu »

 

P1020523

Il s’agit toujours bien d’évoquer les pauvres matériellement, physiquement et psychiquement. Ils dépendent d’autrui, de ce qu’ils pourront recevoir. Jésus dénonce la pauvreté instituée en un système qui exclut les impurs donc les plus pauvres comme s’il y avait quelque chose de contagieux, comme si les riches devaient rester entre eux et les pauvres entre eux.

Pourquoi Dieu prend-il parti pour les pauvres? La pauvreté n’est pas un don de Dieu. Dieu s’engage, Dieu rejoint les pauvres. En termes de pauvreté, Bernadette les a accumulés : matériel, culturel, santé. Elle les a ressentis.

En prison, ce sont les plus pauvres que l’on enferme. Plus la population est précarisée, plus elle risque d’aller en prison. S’il y a beaucoup d’étrangers en prison, cela semble dû au racisme de l’appareil judiciaire pour différentes raisons.

Dans les aumôneries hospitalières et psychiatriques nous touchons quelque chose de notre condition humaine et spirituelle. L’Eglise veut rencontrer chacun y compris ceux qui ont des délires mystiques. Il arrive que l’on s’éloigne des personnes en raison du malheur qu’ils ont vécu comme si c’était contagieux. « Où était Dieu quand ma mère a jeté mon frère par la fenêtre ? ». Il y a parfois aussi une auto-exclusion quand les personnes n’acceptent pas leur échec, leur faute.

Bernadette exclue va apprécier la reconnaissance de la Dame en blanc.

Le Royaume de Dieu n’est pas un royaume « rose bonbon ». Dieu a un projet communautaire. Rien à voir avec le « new age« .

Dieu a une destinée pour chacun car il a créé l’homme pour le bonheur. Et nous restons pourtant toujours en attente d’un plus grand bonheur.

Le bonheur est le message central des béatitudes et de la promesse de Marie à Bernadette :

« Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse dans ce monde mais dans l’autre ! »

Et qui a-t-il déjà ici et maintenant comme germes d’espérance de bonheur? Ils sont nombreux, à nous les découvrir par un geste, une parole, une conversation.

Oui, Dieu se donne au cœur du tragique de l’existence. Ces « pauvres » nous évangélisent. Ils nous apprennent qu’est Dieu. Dieu ne nie pas le tragique, Dieu est là et veille. On se sent impuissant mais quelque chose se donne dans les rencontres.

Ce que vit Bernadette avant et après les apparitions est infernal ! Mais son visage est transfiguré au moment de la rencontre à la grotte. Elle se sent impuissante mais elle a beaucoup d’assurance dans sa compréhension du salut.

L’impuissance ne doit pas nous empêcher d’agir et de repartir!……

 

P1020482

 

 

 

 

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s